Une rencontre précieuse, qui nourrit l’âme…

La vue depuis le hameau de Mâcot. Paix et sérénité propices à la créativité. Je n’entendais que le son des cloches des tarines dans le pré d’à côté…

Je suis une passionnée de théières et autres infuseurs, mais jusqu’à récemment, je n’avais jamais envisagé de posséder une pièce unique, faite sur mesure pour moâ. Ce manque est comblé.

J’ai rencontré pendant l’été 2018 une potière à Aime (vers Bourg-Saint-Maurice, pour ceux qui ne connaissent pas la région). Je lui ai alors passé commande d’une mini-théière, mini par rapport à nos critères habituels, mais d’une taille qui correspond à la quantité que je prépare et que je bois quand je suis seule, soit environ 25 cl.

J’avais une idée bien arrêtée de ce que je voulais, et Agnès Rawoe avait bien noté mes demandes. La commande pouvait être prête pour Noël 2018, très bien.

Seulement, la vie est farceuse… Agnès s’est retrouvée débordée par le travail, de grosses commandes pour des gens pressés. Elle n’avait pas oublié ma théière pour autant. Et ce contretemps fut finalement la meilleure chose qui ait pu arriver.

Comme je n’étais pas, de mon côté, pressée par le temps, ça ne me gênait pas. Au printemps 2019, je suis remontée la voir, cette fois à Mâcot, sur le versant opposé à Aime, dans son nouvel atelier.

Nous avons rediscuté très précisément de la théière : la taille, la forme, le filtre, l’émail, etc etc. Agnès est méticuleuse et très rigoureuse, elle cherchait vraiment à comprendre ma demande. Enfin, plus exactement, mes demandes, puisque j’ai alors ajouté un gaiwan. Comme elle m’avait dit au téléphone qu’elle ne connaissait pas cet ustensile, je lui ai apporté un des miens comme modèle. Là encore, elle a fait preuve d’une qualité d’écoute incroyable !

Et cette discussion fut d’une grande richesse.

Le temps a passé à nouveau, et Agnès m’a contactée fin août pour me dire que ma commande était prête.

Seulement, la vie est farceuse… Ce n’est que la semaine dernière que j’ai pu monter à Macôt pour enfin, enfin, faire connaissance avec les deux trésors.

Agnès m’a expliqué qu’elle n’était pas satisfaite du premier émaillage de la théière, et qu’elle a recommencé. Méticulosité et conscience professionnelle.

Nous avons parlé technique : imperméabilité du grès, pose de l’émail, etc. Ou plutôt, Agnès a parlé et j’ai écouté, parce que vu mon niveau de connaissance dans ce domaine, j’aurais été ridicule… Je n’ai pas tout retenu, loin de là, mais ce fut très enrichissant d’avoir un aperçu de ce fabuleux métier, qu’elle pratique avec passion et une humilité réelle. Et non, je ne suis pas payée pour dire tout ça.

Quand j’ai vu le gaiwan, je me suis retrouvée en Baie de Somme, face à la mer à marée basse… Le sable, l’eau, le ciel…

Et la théière comporte des détails que je découvre au fur et à mesure de son utilisation, comme les nuances de l’émail. Vert-gris, sable, bleu pâle, les teintes sont changeantes comme le ciel, illuminées par un filet d’ocre fumé. Comme si un peintre de marine l’avait réalisée…

(Artiste : Ivan Aïvazovski)

(Artiste : Edouard Adam)

(Artiste : Hervé Guyot)

Les irrégularités inhérentes à la fabrication artisanale et à la cuisson rendent ces créations d’autant plus précieuses à mes yeux. Parce que si je veux un ustensile sans défaut, je vais dans le premier magasin venu, mais qu’est-ce que ce serait sans intérêt !!

Question pratique : sont-ils fonctionnels, ces ustensiles ? Mazette oui !! Ils sont légers, ils versent précisément, et ils sont très faciles à nettoyer. Comme ils sont émaillés, ils conviennent pour tout type de thés. Je les ai testés pour des thés noirs et des puerhs, qui demandent une eau bien chaude ; le grès est adapté à ces thés, puisqu’il garde la chaleur.

Allez, je vous mets quelques photos !!

 

Tout d’abord, le gaiwan.

L’intérieur du bol

La soucoupe

Le dessous de la soucoupe

Le couvercle

Détail du couvercle

L’intérieur du couvercle

Maintenant, la théière !

Finesse du bec

Détail à la base de l’anse… Bien caché aux regards superficiels et trop rapides…

Le filtre au col du bec, et l’ouverture large qui permet l’infusion de très grandes feuilles et un nettoyage très facile

Je vous laisse, ma bouilloire chante & mon livre m’appelle !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *