Maladresse & gratitude.

To read this post in English, click on the flag !

 

 

Samedi fin de matinée. Je sors un bol du placard. Je n’avais pas vu qu’il était posé à l’envers sur un autre bol plus petit, qui se trouvait donc entièrement dissimulé. Le petit bol glisse à terre. Paix à son âme.

La victime, juste après son accident.

Là, les morceaux sont simplement maintenus, pas recollés.

Je suis extrêmement maladroite. Je ne compte plus le nombre d’ustensiles et autres objets fragiles que j’ai cassés, ni le nombre de bleus que je me fais chaque semaine. Soit mes mains décident de n’en faire qu’à leur tête, soit ma tête et mes mains ne sont pas dans la même dimension intergalactique.

Bon, vous allez me dire que ce n’est donc pas la première fois, ni la dernière, que ce genre de catastrophe m’arrive. Le détail tragique, c’est que la victime était LE bol préféré de Mlle Petit Chat qui l’avait amoureusement adopté l’été dernier, sur un marché de créateurs, et qui s’en servait régulièrement, en particulier pour le thé.

Vous imaginez donc son désespoir et sa colère envers moi quand je lui ai annoncé la catastrophe.

Comment allais-je pouvoir me rattraper ?

Remonter le temps ? Mon retourneur de temps est en panne, et ma machine à voyager dans le temps, en révision.

Recoller le bol ? C’était techniquement envisageable, mais il aurait tout de même manqué quelques éclats. De plus, le bol n’aurait de toute façon plus été utilisable pour une boisson ou un aliment, en raison de la composition de la colle, et du risque de casse à nouveau au contact de la chaleur.

Proposer à Mlle Petit Chat un de mes bols ou une de mes tasses ? Refus catégorique de sa part.

Après un long moment de désarroi, j’ai décidé d’envoyer un mail au potier Jean-Marie Hermant, le créateur du bol, au cas où il lui en resterait de cette série. Sait-on jamais…

Et BINGO ! Non seulement il lui en reste, mais il m’annonce que sa femme doit donner un spectacle aujourd’hui à la médiathèque de ma ville, à 10 minutes à pied de chez moi, et qu’elle peut donc apporter le bol avec elle !!

On peut vraiment dire que j’ai du bol, dixit M.Hermant. On ne saurait mieux dire, en effet.

Donc, ce matin, mission « Récupération-du-colis-qui-allait-m’éviter-d’être-pendue-par-les-pieds-par-Mlle-Petit-Chat ». Mission réussie. Le nouveau bol attend maintenant, soigneusement emballé, sur le bureau de cette dernière. Elle le découvrira en rentrant de l’école. Ouf. (Pour le découvrir vous aussi, c’est tout en bas de l’article).

Déjà, là, c’est une aventure assez amusante au final, mais c’était sans compter avec Super Papa, toujours prêt à tout pour sauver ses enfants du malheur.

Samedi en début d’après-midi – le bol était toujours cassé, la réponse du potier pas encore arrivée, Mlle Petit Chat toujours désespérée -, il nous dit, à Mlle Petit Chat, sa grande soeur Princesse Souris et moi, de nous préparer, d’un ton qui n’admet aucune discussion. Impossible de lui faire dire où il veut nous emmener. Je sens le stress qui monte (j’ai horreur des surprises, même quand je sais que rien de mal ne peut nous arriver), mais toutes nos questions ne lui tirant qu’un «Vous verrez bien » laconique, je préfère donc me taire et me concentrer sur ma respiration. Il s’engage sur une route en lacets. Je me dis qu’il nous emmène au bout du monde mais qu’il a une idée derrière la tête.

J’avais raison.

Nous arrivons effectivement au bout du monde, enfin, c’est l’impression qu’on ressent : un groupe de quelques maisons assez anciennes au milieu de la forêt. Mais, surtout, surtout, un panneau : POTERIE. Oh. Je comprends tout. Super Papa a trouvé l’adresse d’une potière !

Nous sommes accueillis par un des enfants de l’artiste, partie pour un week-end d’exposition en région parisienne. La jeune fille nous présente très patiemment et très aimablement le travail de sa maman. Et là, chacune de nous (Super Papa ne s’intéresse absolument pas à la céramique) a pu choisir une création. Princesse Souris a opté pour un gobelet de grès blanc, émaillé de même. Mlle Petit Chat a eu beaucoup de mal à se décider, elle regrettait toujours son ravissant petit bol bleu profond – et je la comprends, l’émail est très beau -, mais elle a finalement choisi un énoooorme bol en grès blanc, à motifs bleus. Pas l’idéal pour le thé, mais parfait pour la soupe, le porridge, etc. De mon côté, j’ai décidé de ne rien ajouter à ma collection destinée au thé, et j’ai pris un saladier. Parfait pour les salades de tomates cet été (si le beau temps se décide enfin à arriver ET à rester).

Dans le saladier, à gauche le bol géant de Mlle Petit Chat, à droite le gobelet de Princesse Souris. Créations Gwenaelle Bausseron.

Au retour de notre périple de sauvetage du bonheur de Mlle Petit Chat, je reçois un mail de réponse du premier potier, le créateur du petit bol défunt. Vous connaissez la suite.

Journée riche en émotions, n’est-ce pas ?

Si je fais le bilan :

  • Je dois être bien plus attentive à ce que je fais. Etre dans ce que je fais ici et maintenant. Ben oui, la méditation, c’est tout le temps, pas simplement quelques minutes par jour.
  • Super Papa mérite bien son surnom. Compassion et altruisme.
  • Je suis pleine de gratitude envers J.M. Hermant et à sa femme, qui se sont organisés pour que Mlle Petit Chat puisse avoir le sourire à nouveau (et qui, accessoirement, m’ont évité un sort atroce).
  • J’ai découvert Gwenaelle Bausseron, une artiste qui crée des objets fonctionnels et beaux, qu’on a envie d’utiliser au quotidien.

J’oserai presque dire que j’ai bien fait, finalement, de casser ce bol, non ? Mouais, faut pas pousser quand même, Nanook !

Je vous laisse, ma bouilloire chante & mon livre m’appelle…

 

Psst… pssst… ci-dessous, le nouveau bol réalisé par J.-M. Hermant, à l’émail bleu mis en valeur par le papier de soie jaune (ciel jaune et soleil bleu ?). Il n’est pas exactement identique au précédent, naturellement, mais Mlle Petit Chat est ravie et c’est l’essentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *