Quand les mots infusent en vous…

To read this article in English, click on the flag.

 

 

J’ai plusieurs fois lu le texte :

« Si vous avez froid, le thé vous réchauffera ;

Si vous avez trop chaud, le thé vous rafraîchira ;

Si vous êtes déprimé(e), le thé vous réjouira ;

Si vous êtes excité(e), le thé vous apaisera. »

― William Ewart Gladstone, homme d’Etat britannique (1809-1898)

 

Mais ce n’est que cette semaine que j’ai vraiment ressenti cela.

Une mauvaise nuit, une mauvaise nouvelle, le stress qui monte… Situation assez courante.

J’ai décidé, au matin, incapable de me concentrer sur quoi que ce soit, de me faire un thé.

Un thé vert coréen de Cheju infusé en kyusu.

Et là, je me suis sentie mieux !

La douceur et la fraîcheur de ce thé m’ont apporté une énergie nouvelle et apaisé mes angoisses.

Est-ce le thé ? Le moment où il m’a fallu me concentrer sur la préparation et la dégustation ?

Est-ce important ? Non.

L’eau est chaude.

Je la verse sur les feuilles fermées et je pose le couvercle pour refermer la théière.

Je compte lentement 30 secondes puis je me sers.

Je ne regarde que le jet qui sort du bec.

Je regarde le liquide pâle emplir mon bol blanc tout en légèreté et finesse.

Je hume ensuite les feuilles infusées dans la théière. Je me laisse envahir par ce parfum suave et frais, apaisant.

Je respire maintenant le thé dans mon bol. Je voudrais goûter cette odeur avec ma bouche.

La douce chaleur continue son œuvre.

Enfin, je bois.

Première gorgée, chaude et fraîche à la fois.

Je ferme les yeux pour que rien ne vienne perturber ce moment.

Deuxième gorgée, qui se superpose à la précédente, tapissant ma bouche et ma gorge de cette saveur délicieuse.

Troisième gorgée. Le charme continue.

Mon bol est vide. J’ai fait le plein d’énergie.

Et vous, avez-vous vécu de pareils moments ? A bientôt, ma bouilloire chante & mon livre m’appelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *