Mea Culpa. Auto-critique.

J’essaie de réduire ma consommation de café, mais j’ai besoin d’une dose de caféine. On ne se désintoxique pas du jour au lendemain !

Hier matin, j’ai commencé très sagement par un thé noir de l’île Maurice parfumé à la vanille, un Grand Bois Chéri. Bien pour attaquer la journée : corsé mais pas trop, juste assez pour ne pas me faire regretter le café. Une variante du breakfast tea.

Dans la matinée, toujours aussi motivée, j’ai poursuivi par un wulong Tie Guan Yin assez torréfié, acheté chez Paris Store et préparé dans une ravissante théière artisanale. C’est un thé du quotidien, sans prétention à l’excellence ou au raffinement, mais très facile à préparer. Il se boit en petite quantité, comme un expresso.

Jusque-là, tout allait bien.

C’est dans l’après-midi que mes bonnes résolutions se sont effondrées.

J’aime bien le café après la sieste. Et comme j’ai décidé de me passer de café, il m’a fallu trouver un produit de substitution, comme tous les junkies le savent. J’espère ne jamais avoir besoin de trouver un produit de sevrage à la lecture !!!!!

Et devinez vers quoi je me suis tournée ? Le matcha.

Je sais, ce thé est très à la mode, il est mis à toutes les sauces. Quand on s’intéresse au thé, il faut bien le goûter !

Pour être honnête, je me contente la plupart du temps de le préparer simplement mélangé à de l’eau chaude. Pour éviter les grumeaux, je me sers – attention, blasphème ! – d’un mousseur à lait initialement destiné au cappucino… Système D. Eh, je suis sûre que je ne suis pas la seule à le faire !!

Il faut savoir que le matcha est amer. Rien d’étonnant, puisqu’il est préparé avec des feuilles de thé entières réduites en poudre. C’est pourquoi il est traditionnellement consommé accompagné de sucreries. Et c’est là que ça se gâte.

Revenons à hier après-midi. J’avais envie d’une boisson revigorante, caféinée, mais réconfortante et sucrée, régressive à souhait. J’ai donc enfreint la règle que JE me suis fixée depuis le début : ne boire que des thés nature. Point. Pas de mélange riche et décadent. Non négociable.

Oh ! Et puis flûte ! Après tout, je bois du thé pour le plaisir, alors pourquoi ne pas me laisser aller franchement de temps à autre ?

J’ai donc testé une recette de matcha-gingembre confit-chocolat-coco-latte. Vous pouvez reprendre votre respiration. J’ai pris les ingrédients que j’avais dans mon placard. Tout n’est donc pas bio (pour le moment), mais c’est vegan et sans gluten… et super bon !

C’est très facile à préparer, plus économique que les préparations en poudre du commerce, et on évite les additifs alimentaires

.

Ingrédients (pour une tasse à thé) :

  • une cuillère à café de matcha destiné à la cuisine (il est nettement moins cher que le matcha de cérémonie, et ce serait du gâchis : dans un bœuf bourguignon, on ne met pas de Château Pétrus, non ?)
  • du lait de coco
  • quelques cubes de gingembre confit
  • quelques palets ou quelques carreaux de chocolat noir (éviter le chocolat au lait, qui risque de rendre le mélange écoeurant)

Je ne précise pas la quantité de gingembre ni de chocolat, libre à chacun de l’adapter à ses envies pour adoucir ou au contraire relever le goût…

 

Préparation :

  • Faire chauffer de l’eau. Vous voyez, le début est très simple. Si vous ne savez pas comment faire, je vous laisse demander à votre maman, votre papa, les moineaux…

 

  • Mettre le matcha au fond de la tasse (juste au cas où vous auriez du matcha volant).

 

  • Recouvrir le thé avec le lait de coco.

 

  • Ajouter les cubes de gingembre et les palets de chocolat.

 

  • Admirer les nuances et les formes. Méditation de pleine conscience.

 

  • Ajouter l’eau chaude très progressivement pour éviter la formation de grumeaux tout en remuant. On peut aussi mettre le gingembre et le chocolat une fois le matcha délayé.

 

  • Admirer la transformation de la potion.

 

  • Si l’on veut, une fois obtenue une appétissante bouillasse verdâtre, on peut ajouter encore du lait de coco…

 

  • Déguster. Le chocolat va fondre, le sucre qui enrobe le gingembre se dissoudre… Nouvelle séance de méditation.

(Je sais, 3 photos du fond de la tasse, ça fait beaucoup. C’était juuuuuuste pour le plaisir des yeux.)

Mmmmm….. Ce petit goût de reviens-y… Je vous laisse, le matcha m’appelle…

Avant.

Après.

2 thoughts on “Mea Culpa. Auto-critique.

  1. Alors ça! Je n’avais encore jamais lu une telle mise en condition! J’ai un an de retard… Je pense essayer d’ici peu, quand l’automne aura pointé le bout de son nez ou pour retrouver un peu d’énergie en fin d’après-midi quand la quatrième ou cinquième journée commence…

    1. Bonjour, ravie de voir que la recette vous tente ! Toutefois, une mise en garde : le thé en poudre (matcha ou autre) contient de la théine, même s’il n’énerve pas. Le gingembre a aussi un effet stimulant. En clair : pris en fin d’après-midi, on risque une magnifique nuit blanche. A réserver donc plutôt pour le début de l’après-midi, à la place du café.
      D’autre part, l’automne est déjà là, même si le calendrier nous demande de patienter jusqu’au 23 septembre cette année. L’équinoxe correspond en réalité, dans la nature, non pas au début, mais au pic de la saison. Après l’équinoxe, l’automne se transforme tout doucement en hiver. Voir l’article Décalage.

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *